Menu
.
logo GD Studio

Apple Arcade : Opportunité pour les indépendants ou mirage ?

Par Pascal Luban - Game designer & creative director, freelance


Apple vient d'annoncer un nouveau service de distribution de jeux, Apple Arcade. Il consiste en un abonnement qui donnera un accès illimité à tous les titres offerts par Apple Arcade. Cette offre est-elle une bonne opportunité pour les studios indépendants, en particulier les petits ?

Apple ArcadeLe modèle économique utilisé par Apple Arcade n'est pas nouveau ; il s'appelle le Games-on-Demand et a été développé par des pionniers comme Metaboli en France et Gametap aux Etats-Unis. Aujourd'hui, Apple surfe sur l'intérêt croissant pour l'abonnement comme modèle économique d'accès au contenu (voir ma publication du mois d'avril 2018).

Avec cette offre, Apple semble vouloir séduire les gamers et donc, cherche à attirer à lui les productions les plus créatives, le plus souvent produites par des petites équipes indépendantes.

Ce modèle économique offre une alternative pour les petits studios qui ont du mal à générer du revenu sur Steam, l'App Store ou Google Play mais quels en sont vraiment les avantages et les inconvénients ?

Il leur permet de se concentrer sur les mécaniques de jeu sans avoir à se préoccuper d'intégrer un modèle économique freemium ou à polluer l'expérience de jeu avec de la publicité. Ce n'est pas négligeable car développer un stratégie de monétisation efficace n'est pas chose aisée.

Mais le modèle économique du Games-on-Demand n'est pas la solution miracle pour générer du revenu. Pour le comprendre, il faut analyser comment ce modèle rémunère les studios. Chaque mois, le service génère un chiffre d'affaire constitué par le cout de l'abonnement mensuel multiplié par le nombre d'abonnements, moins les taxes. Puis, le service déduit ses frais de fonctionnement et sa marge. Il reste alors une somme à partager entre tous les jeux édités. Le service calcule alors le nombre de minutes joués par l'intégralité de ses joueurs pendant la même période. Puis, il rétribue chaque jeu édité en proportion du nombre minutes joués sur ce dernier par tous les joueurs.

La conséquence est que si votre jeu est peu joué, vous ne gagnez que très peu d'argent. On en revient donc toujours à la même conclusion : Si un jeu n'offre pas une expérience de jeu originale et de qualité, line rapporte pas d'argent.

Le modèle économique du Games-on-Demand est surtout intéressant pour des éditeurs qui disposent d'un large catalogue. Chaque titre génère peu de revenu mais c'est le nombre de ces derniers qui assure la rentabilité. Le Games-on-Demand est un bon moyen pour générer du revenu avec ses fonds de catalogue.

Et le Games-on-Demand est pénalisé par un autre handicap : Le studio ne dispose plus des autres mécanismes de monétisation : Apple Arcade interdit la publicité et les achats intégrés.

Apple introduit donc un service qui sera intéressant pour les joueurs et certains éditeurs mais qui ne devrait pas apporter une solution à la principale problématique à laquelle sont confrontés les petits studios : Générer assez de revenu pour exister.


Mes autres publications sur la problématique des modèles économiques

La montée en puissance des stratégies de monétisation mixtes

Les nouvelles formes de l'abonnement - Modèle économique de demain ?

Boucles ouvertes et arbres de progression dans les jeux freemium : Ne tuez pas la poule aux oeufs d'or !



Plus d'informations sur GD Studio
Publié le 27 mars 2019 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Publicité

Partager