Menu
logo

Parlons d'innovation avec... Marianne Calva, de WysiLab, éditeur de Instant Terra

Interview du 6 juillet 2018 réalisée par rOmain Thouy à Montpellier


Marianne CalvaTroisième article d'une série d'interviews réalisés sur la gestion de l'innovation dans le domaine des industries créatives (jeux vidéo, films d'animation) de notre région [ndlr : l'Occitanie].

Marianne Calva, est directrice générale de Wysilab, une société d'édition de logiciels pour le jeu vidéo ou le film d'animation fondée en 2017. Instant Terra, le premier logiciel de Wysilab, révolutionne la création de terrains virtuels 3D, par sa rapidité de création, quelles que soient leurs tailles ! Il permet de travailler directement dans la résolution finale voulue, avec tous ses détails. La version 1.0 est sortie en février 2018. Formation : DEST d'informatique de gestion (CNAM) et master Système d'information multimédia (Université de Picardie Jules Verne), en parallèle avec une quinzaine d'années de missions techniques en SSII, et quelques années comme rédactrice technique puis associate producer chez ubisoft.

"j'ai un parcours atypique pour quelqu'un des jeux vidéos parce que je ne suis pas Gameuse"

  • son 1er jeu : Beowulf
  • son 1er gros succès : Motion Cloth, outil interne à Ubisoft utilisé dans les derniers opus d'Assassin's Creed et de Far Cry pour la simulation de vêtements
  • son dernier gros succès : Instant Terra v1.2

Bonjour Marianne, tout d'abord, comment définis-tu l'innovation dans ton domaine ?

Bonjour rOmain. Ma définition de l'innovation est assez simple : c'est de croire que tout est possible !
Par exemple, ce que Wysilab propose aujourd'hui [logiciel Instant Terra], c'est quelque chose qui paraissait impossible à beaucoup de monde.
Quand nous étions sur la promesse de pouvoir générer des terrains de 32 Km x 32 Km en temps réel, sur un pc de graphiste standard, on nous a dit que c'était impossible. Donc le point de départ de l'innovation, c'est justement de ne pas se dire tout de suite, "c'est impossible !".

Comment cette innovation est-elle portée dans le studio ?

Nous ne sommes qu'innovation : personne n'a jamais fait, ni pensé ce que l'on fait. Nous ne sommes jamais uniquement dans la fonctionnalité, mais plutôt dans sa vitesse d'exécution, car chaque fonctionnalité du logiciel doit s'exécuter en temps réel. Nous avons construit un outil qui fait et doit faire des choses "très vite". C'est notre axe d'innovation principal. Et c'est Alexis Vaisse qui porte et incarne cette innovation chez nous, qui est essentiellement technologique.

Pourquoi est-ce si important d'innover ?

Pour nous démarquer ! Et pour continuer d'innover, nous avons récemment embauché un chercheur, spécialiste de génération procédurale de terrains. 90% de son activité est consacrée à l'innovation et on peut dire qu'Alexis y consacre lui aussi 60 à 80 % de son temps. Mais chaque membre de l'équipe a une forte contribution dans l'innovation de notre produit.
Me concernant, comme notre logiciel est développé en méthode agile, j'interviens en amont, dans les sprint planning. Je participe à la vision globale du produit, de façon générale, et j'aide à mettre de l'ambition dans le produit. Enfin, au côté du product owner [Alexis], je participe également à la validation du produit.

Comment faites-vous pour innover ?

Nous n'avons pas de méthode ou processus particulier. Pendant les sprint planning, nous prévoyons toujours un peu de temps officiellement pour la recherche. Nous essayons d'avoir aussi des DoWhatYouWantDays, qui sont planifiés dans nos sprints, prévus au budget, et que chaque personne peut utiliser librement. Le principe est le suivant : chaque membre de l'équipe peut prendre ½ à 1 jour par sprint pour cette recherche, sans avoir à rendre de compte ni à demander d'autorisation pour cela. Pour le moment, cette démarche n'est pas encore très exploitée. C'est quelque chose que nous avions instauré à Ubisoft, avec des équipes constituées de seniors. Et dans ce contexte de rapports de seniors à seniors, très expérimentés, chacun avait carte blanche pour développer sa propre idée lorsqu'il y avait un désaccord sur la manière de réaliser une fonctionnalité ou de résoudre un problème complexe. A Wysilab, le seul senior c'est Alexis, et du coup, il n'y a pas ce contexte où deux seniors pourraient proposer des idées ou des solutions différentes pour un même besoin. Mais cela viendra

Allez, Marianne, tu peux m'en dire un peu plus ?

Avant de nous lancer, nous avons réalisé plusieurs POC [Proof-Of-Concept ou prototype], de plus en plus gros, jusqu'à aboutir à une version beta, en octobre 2017. Nous l'avons ensuite proposée en téléchargement gratuit sur notre site web. Cette version a été téléchargée plus de 2000 fois. L'objectif était d'obtenir du feedback, mais nous en avons eu très peu au final. C'est peut être lié à une certaine culture de la confidentialité qui existe dans les studios. Du coup, nous avons procédé autrement, et nous avons réalisé récemment un sondage plus ciblé afin d'obtenir des retours plus pertinents.

Notre première cible concerne les gros studios, à qui nous avions proposé une version personnalisée, et nous avons pu travailler en direct avec eux après. Notre seconde cible concerne les petits studios, les artistes et développeurs freelances. Je précise que nous avions aussi besoin d'avoir des retours sur l'installation et le comportement du logiciel sur différentes configurations d'ordinateurs, afin identifier celles sur lesquelles il y avait des problèmes.

Notre logiciel nous permet de recevoir les rapports d'erreurs, de crash et de problèmes d'installation. Maintenant, pour faire évoluer notre logiciel, nous continuons à réaliser des POC, dédiés à des problématiques très complexes : par exemple, en ce moment, nous travaillons sur des fonctionnalités d'érosion des terrains. Pour finir sur la description de notre processus d'innovation, nous faisons aussi de la veille par rapport à nos concurrents directs.

Force est de constater que nous sommes très bien positionnés pour le moment, car nous sommes les seuls à créer des terrains aussi grands, aussi vite, et d'aussi bonne qualité. Et notre veille s'est trouvée renforcée avec l'arrivée du chercheur que nous avons recruté récemment. Il participe à des conférences, il a son réseaux de chercheurs qui travaillent dans le même domaine ; il nous a déniché quelques articles sur le sujet qui sont peu mis en avant et mal référencés, et que nous aurions eu du mal à trouver tout seul.

Comment stimulez-vous l'innovation chez Wysilab ?

L'innovation est là, de base : l'équipe est hyper stimulée par le but de notre logiciel et le fait qu'il sera déployé dans tous les grands studios, c'est super excitant ! Cette excitation est le moteur d'innovation pour chacun ! Les Wysilabiens n'ont pas d'oeillères, et nous pensons tous que tout est tentable, possible ! Maintenant, c'est vrai que nous aimerions pouvoir investir encore plus de temps sur l'innovation, mais comme nous sommes une jeune start up, nous devons surtout assurer nos revenus, et donc développer des fonctionnalités pour proposer plus rapidement un produit plus étoffé.

Un petit scoop, sur le futur proche ?

Tous nos scoops tombent sous le sceau des NDA (accord de confidentialité) passés avec nos clients, ou futurs clients. On aimerait bien en dire plus ! Sinon nous sortons une version 1.3 en novembre qui offrira plusieurs fonctionnalités très attendus des grands studios, mais aussi des moins gros, et on pense fortement que cela va susciter de grosses marques d'intérêt. Pour se tenir au courant => souscrivez à notre newsletter.

Merci Marianne, d'avoir partagé ta vision sur l'innovation. Très bonne continuation !

Merci à toi Romain.

rOmain ThouyrOmain Thouy
rOmain.thouygmail.com

Publié le 17 septembre 2018 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager